L’importance des tests de compatibilité dans le développement d’applications mobiles

Le marché des applications mobiles se développe si rapidement qu’il a depuis longtemps laissé loin derrière lui les solutions pour ordinateurs de bureau et portables. Bien sûr, cela ouvre des possibilités infinies aux développeurs au sens plein du terme, mais en même temps, cela leur pose des défis tout aussi innombrables. La simple dispersion des résolutions d’écran des appareils mobiles et l’évolution constante des préférences des utilisateurs à cet égard constituent une tâche difficile pour les développeurs.

Ajoutez à cela l’architecture fondamentalement différente d’Android et d’iOS et la multiplication constante des menaces pour la sécurité des données personnelles et des transactions financières, qui doivent parfois être combattues sur chacun de ces deux systèmes mobiles avec des moyens fondamentalement différents ! Tout ce qui précède nous rapproche de la conversation sur le rôle des tests de compatibilité dans la préparation de la préversion de toute application pour la pléthore de systèmes d’exploitation et d’appareils divers. Les avantages apparents des tests de compatibilité sont la clé de la promotion réussie de toute solution logicielle sur le marché mobile.

Multiplateforme ou natif ?

Les adeptes des approches simples peuvent s’exclamer : « Quel est donc le problème ? Développez des applications non pas natives, mais multiplateformes et au moins la moitié des problèmes de compatibilité seront résolus d’eux-mêmes. » Cependant, la tentation des solutions faciles est dangereuse car elle laisse souvent de côté les détails, dans lesquels, comme vous le savez, se cache le diable.

Quelqu’un peut-il, par exemple, annoncer simplement le nombre total de navigateurs mobiles (nous ne proposons plus d’énumérer leurs noms et spécifications) utilisés dans le monde ? Mais pour une application web, le navigateur est l’élément critique de l’interface. C’est pourquoi les tests de compatibilité des navigateurs constituent aujourd’hui une étape distincte et très gourmande en ressources dans la longue liste des étapes de test des applications mobiles.

Et ceci – attention ! – n’est qu’un des exemples qui se trouvent à la surface.

Un facteur beaucoup plus important influençant le choix entre les applications web multiplateformes et le développement natif est la performance inférieure et l’intégration limitée avec les ressources des appareils mobiles des premières par rapport aux seconds. Par exemple, une application bancaire complexe sera très probablement développée en mode natif. C’est pourquoi les grandes entreprises d’assurance qualité disposent d’équipes spéciales chargées de détecter et d’éliminer rapidement les bogues dans les applications bancaires et autres applications financières, où une seule petite erreur peut coûter des millions à une entreprise.

Bien sûr, les géants de l’informatique promeuvent aujourd’hui activement des solutions multiplateformes comme Microsoft Xamarin ou Facebook ReactNative sur le marché, mais, hélas, on est encore très loin d’une unification complète et de l’émergence de normes uniformes.

Les normes sont fixées par les usages

Tout bien considéré, n’oubliez pas : les utilisateurs se moquent de l’environnement de développement choisi pour créer telle ou telle application et de la difficulté et du coût de tester même le programme le plus simple. 62 % des utilisateurs dans le monde désinstallent tout simplement une application si quelque chose ne fonctionne pas correctement ou s’ils doivent prendre des mesures compliquées pour configurer des paramètres autres que ceux par défaut afin de garantir la compatibilité avec un appareil spécifique. La grande majorité s’attend à ce qu’une application, aussi complexe et coûteuse soit-elle à développer, respecte le principe : « télécharger et exécuter. »

Dans ces conditions, il est impossible de surestimer l’importance du service de test de compatibilité dans la préparation de la préversion des solutions mobiles.

Le test de compatibilité est une direction distincte de l’AQ

En raison du nombre considérable de tâches spécifiques à la compatibilité auxquelles sont confrontés les testeurs d’applications mobiles, comme la société Testfort, ce domaine de l’assurance qualité est récemment devenu une direction distincte. Des approches, des technologies et des équipements uniques sont utilisés ici. En particulier, les émulateurs d’appareils mobiles. En même temps, l’utilisation de ces émulateurs est combinée avec des tests sur de vrais smartphones et tablettes pour prendre en compte toutes les nuances des configurations et des scénarios particuliers.

Contrairement aux tests fonctionnels, l’attention des experts en assurance qualité qui vérifient la compatibilité des applications mobiles ne porte pas sur les propriétés du programme, mais sur sa capacité à fonctionner de manière stable sur un maximum d’appareils.

Voici les principaux tests :

La compatibilité des appareils.
Compatibilité du système d’exploitation.
Compatibilité avec d’autres logiciels.
Test de compatibilité avec les navigateurs.
Compatibilité avec divers matériels et périphériques informatiques – imprimantes, dispositifs de réception et de transmission de données, etc.
Compatibilité avec le réseau.
Compatibilité avec différentes versions de logiciels.

En résumé

Le test de compatibilité dans le développement d’applications mobiles est depuis longtemps devenu impératif, quittant à jamais la catégorie des solutions optionnelles. Le marché croissant des appareils mobiles et les exigences toujours plus grandes des utilisateurs ne laissent pas aux projets de développement d’applications mobiles la possibilité de débattre de l’importance des tests de compatibilité. Seule une application mobile testée de manière exhaustive a une chance de prendre une place de choix sur le marché et d’apporter des bénéfices à ses créateurs.

Laisser un commentaire